Art et culture

Mar 112013
 

Dès le début de Décembre, toute la ville de Virù est en effervescence à l’approche des fêtes patronales  Le majordome est la personnalité désignée par la population pour organiser toutes les festivités. Les croyants contribuent par des dons à la vierge qui permettent de financer les différents évènements  Ce sont les « devotos », qui recevront en retour une invitation au banquet privé organisé par le majordome.

Toutes les formations musicales se mettent en mouvement pour préparer les multiples processions qui vont ponctuer cette période. Les enfants comme les mères de famille s’affairent à confectionner les costumes et chars décorés de toutes les couleurs, et surtout à préparer les plats traditionnels qui seront servis en grand nombre. Les messes se multiplient, pour la vierge et les différents saints qui sont fêtés au cours de cette semaine. Les devotos peuvent demander que leurs familles soient bénies. A différentes heures de la journée, on entend les fanfares qui arpentent les rues en faisant résonner leurs trompettes et leurs percussions.

Les troupes de danseurs se succèdent et colorent les rues de différents costumes et différentes ambiances musicales. Elles viennent de différents villages environnants et ont chacune leur mise en scène et leur symbolique particulière. Les différentes « bandas » défilent: la diablada de Virù, los Incaicos, David y Goliath, los serranitos, las huaquillas, los negritos de Huanuco, las Pallas, las Cusquenas, …..

Le soir venu, le village s’agite encore plus, les enfants se rassemblent sous des tonnelles pour jouer. Les pétards retentissent dans tous les quartiers. La place d’armes est prête pour le feu d’artifice. Des monuments faits de branchages assemblés de façon artisanale servent de support pour les explosifs. Une grande et fragile tour a à son sommet une hélice qui s’animera lorsque l’artificier donnera l’assaut. La « banda » principale est au complet et ses musiciens vêtus de blanc sont prêt à entonner les airs traditionnels.

Quelques liens:

Le miracle de la vierge des douleurs

Article sur les fêtes religieuses à Virù

La vierge des douleurs à Cajamarca

 

Jan 232012
 
La marinera nortena, la danse de ma terre

La Marinera est une danse typique de la côte du Pérou, pratiquée dans les départements de La Libertad, de Lambayeque et Piura. Son origine est attribuée à une danse coloniale appelée «zamacueca » (XIXe siècle). C’est une danse de couple, élégante, vive et spontanée, délivrant un message « d’amour », où la femme flirte avec le courtisan qui tente de conquérir sa partenaire. La Marinera se danse à la campagne, dans les villes et villages, la danseuse porte le vêtement typique de sa région et les hommes le célèbre « chalàn », costume du cavalier, composé d’un poncho tissé et d’un large chapeau  de [Lire…]