Cusco

Cusco est un des 23 départements du Pérou situé au Sud-est du pays et dont la capitale est la ville de Cusco, capitale de la civilisation Inca.

Ce territoire d’environ 80,000 km2 est essentiellement couvert par le massif des Andes (altitude maximale 4800m) et abrite une population de 1,2 millions d’habitants. En dehors de nombreuses productions agricoles (thé, café, cacao, quinoa), la région vit essentiellement du tourisme grâce au rayonnement de sa capitale mais surtout à son site mondialement connu, le Machu Picchu et la vallée sacrée des Incas.

Fév 172012
 

Comment parler du Pérou sans parler du Machu Picchu? Passage obligé et lieu commun du tourisme d’Amérique latine, ce site archéologique identifié seulement depuis le début du XXème siècle et classé depuis 1983 au patrimoine mondial de l’UNESCO n’en reste pas moins fascinant et magique.

L’itinéraire pour y accéder est déjà une expérience unique pour le visiteur. Le site se trouvant à environ 80 km de la ville de Cusco en direction du Nord-Ouest, c’est donc après notre séjour dans la capitale Inca que nous avons pu nous rendre au Machu Picchu. Notre ami péruvien nous a recommandé de rejoindre d’abord Ollantaytambo en voiture, puis de prendre le train jusqu’à la station thermale d’Agua Calientes où un bus permet de monter en quelques minutes vers la cité perdue.

La première étape nous mène à travers la célèbre vallée des Incas, où nous voyons les paysages grandioses se succéder. La cordillère nous offre ses couleurs chatoyantes et ses sommets enneigés les plus majestueux. Nous traversons quelques villages, certains presques fantômes, d’autres bruyants et agités autour de l’axe routier. Après une heure de route nous faisons une première pause à Urubamba, ville longeant la rivière du même nom et bordée de collines rocheuses. Quelques kilomètres plus loin nous arrivons à Ollantaytombo, point de départ de la voie férrée qui mène au Machu Picchu (il n’existe pas de route).  Nous apercevons une paroi rocheuse monumentale dans laquelle une fortification semble sculptée. C’est en effet un site archéologique avec une forteresse et les vestiges d’un temple. En face, une file d’attente de plusieurs mètres s’étend devant les grillages de la gare. Il y a quelques touristes mais également de nombreux péruviens qui se rendent à Aguas Calientes pour commercer. Le train comporte deux types de wagons, une 1ère classe confortable pour les étrangers, et une 2ème classe très bon marché pour les locaux qui embarquent parfois avec leurs animaux….

Le trajet en train durera près de 2 heures. La voie suit les courbes du fleuve Urubambay en traversant de petits tunnels parfois très étroits et des précipices vertigineux. Arrivée à Aguas Calientes. Comme son nom l’indique, cette petite ville est connue pour ses eaux thermales. Nous gravissons non sans effort la seule rue du village qui est en fait une série de paliers bien pentus, afin de déposer nos affaires à l’hotel, puis direction la piscine thermale. L’endroit est très relaxant, seules quelques personnes se prélassent dans ce bassin à l’air libre d’où on peut admirer les massifs abrupts qui encerclent le village. Pour conclure la soirée, un repas succulent dans un restaurant franco-péruvien (le chef français et son épouse péruvienne) où les murs sont tapissés de milliers de carte de visite laissées par les inombrables visiteurs, puis un petit pisco sour allongés sur un transat avec une couverture sur les genoux, dans un bar avec terrasse perchée où règne une ambiance chaleureuse et détendue.

Le lendemain nous nous levons tôt pour la visite.  Le site archéologique se situe à seulement 400 mètres au dessus du village d’Aguas Calientes, soit une altitude de 2450m. C’est un peu plus bas que Cusco (3000m). Le bus emprunte une piste rocailleuse entourée d’une vegétation dense. A chaque lacet nous distinguons un peu mieux les sommets arrondis et boisés qui entourent la cité inca. L’excitation bat son plein quand le bus nous dépose à l’entrée du site. Seul un petit chemin et quelques marches de pierre qui ont vu tant de voyageurs nous séparent de la 8ème merveille du monde!!! Quelques minutes nous arrivons sur un petit plateau d’où la vue sur la chaîne de montagne et sur la cité est tout simplement splendide. Nous approchons en découvrant peu à peu les différentes perspectives de cet ensemble architectural encore bien conservé, avec en fond de toile cet énorme rocher appelé le Huayna Picchu.

Le Machu Picchu se présente comme un village dont les maisons sont construites côte à côte et sur plusieurs niveaux (terrasses). Plus de 1000 habitants auraient habité là à l’époque des Incas (1400-1500 après JC). La ville fût probablement la résidence des empereurs et un sanctuaire à la gloire de Inti, le dieu du soleil.

Nous traversons une première série de maisons, puis longeons un immense mur en se demandant comment les Incas avaient pu transporter d’aussi grosses pierres de granit de plusieurs tonnes. Une zone d’herbe, où se détendent quelques llamas paresseux, sépare ce premier quartier de l’autre partie de la cité acculée au rocher.

Nous décidons de gravir le Huayna Picchu, ce qui parait un réel défi vu la verticalité du rocher. Mais on ne va pas se démonter si près du but! Malheureusement il est déjà tard et le nombre de visiteurs pouvant y accéder est limité… le gardien nous retient, mais après quelques sourires échangés avec ma tendre épouse il accepte de nous laisser passer! Arrivés à mi-hauteur on allait presque regretter cette faveur. Les marches qui facilitent l’ascension sont de plus en plus étroites et on se demande vraiment si on va pouvoir redescendre par le même chemin.  La fin du parcours ressemble à de l’escalade à flanc de mur.

Le terminus est un amas de rochers énormes à faces plates où j’essaie de me trouver une place, en ayant la sensation de risquer ma vie à chaque pied posé. L’endroit est vertigineux, mais la vue sur le Machu Picchu et la vallée de l’Urubamba est formidable. Quelques photos un peu crispées et c’est l’heure d’entamer la descente. Là, pas le droit à l’erreur, un faux pas et c’est la fin. Mais plus de peur que de mal, nous arrivons au pied du monstre, et aussitôt nous sentons que la pluie pointe son nez. Heureusement qu’on ne s’est pas attardés au sommet…. la pluie tombe de plus en plus fort… nous trouvons refuge sous le toit de paille d’une maison en pierre où d’autres personnes s’abritent déjà. Le site change de visage et parait encore plus isolé.
Lorsque la pluie s’arrête et que nous traversons la cité en sens inverse, une sensation particulière m’envahit: nous sommes comme deux explorateurs, seuls dans ce dédale séculaire, comme si nous venions de découvrir, pour la première fois, la ville sacrée des Incas!

Jan 252012
 

Cusco (ou Cuzco) est la ville la plus visitée du Pérou, notamment grâce au fameux site de Macchu Picchu situé à environ 80km de la ville. Cusco est la capitale du département du même nom, et a été la capitale de l’empire Inca fondé à partir de 13ème siècle. Cusco est située au Sud-est du Pérou dans la cordillère des Andes à une altitude de 3400 mètres. La ville compte plus de 350 000 habitants (7ème ville du Pérou) et est repertoriée depuis comme [Lire…]